• MOHAMMED VI :  LE GUIDE HISTORIQUE
MOHAMMED VI : LE GUIDE HISTORIQUE

MOHAMMED VI : LE ROI ZÉRO FAUTE. - 

Sa Majesté le Roi Mohammed VI n’a pas attendu la COP 22, qui se déroulera à Marrakech du 7 au 18 novembre, pour placer le Maroc, au centre du monde. Dans son discours, prononcé le 20 août 2016, à l'occasion du 63e anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple, SM le Roi a condamné avec force et clarté, vigueur et rigueur, véhémence et éloquence le terrorisme islamiste.

«En cette période où les fanatiques veulent détruire et diviser, la parole de Mohammed VI mériterait d'être partout diffusée», a déclaré l’ancien Ministre Jack Lang, président de l'Institut du monde arabe (IMA). De la parole aux actes, il n’y a qu’un pas. Nous l’avons franchi en reproduisant dans Clin d’œil #44 le discours - que nous qualifierons d’historique - de SM le Roi dans son intégralité.

Rarement nous n’avons eu l’impression de noircir du papier de manière aussi utile. Jamais un Grand du monde ne s’était exprimé de manière aussi cinglante, aussi définitive, aussi étayée sur l’obscurantisme. Jamais un leader musulman ne s’était exprimé avec autant de précisions sur les dangers du djihadisme pour le monde musulman.

A tel point qu’on aurait aisément imaginé SM le Roi obtenir le Prix Nobel de la Paix en lieu et place du président colombien Juan Manuel Santos.

Peu importe, le débat n’est pas là. D’ailleurs, au delà des témoignages que nous publions dans ces pages, le Congrès Américain a été à la hauteur du discours royal  qualifié d’«admirable» et «extraordinaire» par deux membres éminents de la Chambre des représentants, Kay Granger et Mario Diaz-Balart.

La lettre cite plusieurs passages saillants de l’adresse royale, notamment celui où Sa Majesté le Roi souligne que «les terroristes qui agissent au nom de l’Islam ne sont pas des musulmans et n’ont de lien avec l’Islam que les alibis dont ils se prévalent pour justifier leurs crimes et leurs insanités. Ce sont des individus égarés condamnés à l’enfer pour toujours.»

Amir Al Moumine, «commandeur des croyants», descendant du prophète Mahomet, est un guide spirituel incontestable dont la parole est indispensable aux yeux des Musulmans du monde entier. Ce n’est parce que sa parole est rare qu’elle est forte. C’est parce qu’elle est forte qu’elle est rare. Aussi courageux soit-il par sa propension à placer les mots là où personne ne les a encore placés, ce discours d’août marque un tournant pour l’histoire du Maroc.

SM le Roi est aussi un guide diplomatique, politique et économique à la vision incroyable. C’est la roi zéro faute. Aucun de ses déplacements, aucun de ses actes, aucun de ses mots ne sont anodins ou contraires à l’intérêt du peuple marocain. La relation extrêmement forte de SM le Roi avec ce dernier est transcendée par les nombreuses séances de selfies auxquelles il s’adonne lors de ses sorties privées qui font le buzz sur la toile et le bonheur éternel de ceux qui sont immortalisés à ses côtés.

C’est le Roi de la proximité et de l’humilité. C’est le Roi de la légitimité et de la stabilité. C’est le Roi d’un Islam éclairé, d’un Islam de concorde, d’un Islam de fraternité, d’un Islam de tolérance. «Face à la prolifération des obscurantismes répandus au nom de la religion, tous, musulmans, chrétiens et juifs, doivent dresser un front commun pour contrecarrer le fanatisme, la haine et le repli sur soi sous toutes les formes» a dit SM le Roi Mohammed VI dans ce discours dont on reparlera dans cinquante ans.